Anonyme asked:

toi etoile sur ma route toi berger de mon pays oiseau du ciel et de la nuit tes ailes battent dans mon crâne sonnent les barreaux de ma prison de bruit Dis moi chaos dis moi tristesse Viens tu troubler, toi ma douleur le bilan de mes années mortes ? de toute mon illusion, jeune lune de toute ta déraison il ne reste que les décors
Get out of here! […] You’re young and the world is yours. I’m old. I don’t want to hear you talk anymore. I want to hear others talking about you. Don’t come back. Don’t think about us. Don’t look back. Don’t write. Don’t give in to nostalgia. Forget us all. If you do and you come back, don’t come see me. I won’t let you in my house. Understand?
Cinema paradiso

Pour peu que votre image en mon âme renaisse,Je sens bien que c’est vous que j’aime encor le mieux.Vous avez désolé l’aube de ma jeunesse,Je veux pourtant mourir sans oublier vos yeux,Ni votre voix surtout, sonore et caressante,Qui pénétrait mon coeur entre toutes les voix,Et longtemps ma poitrine en restait frémissanteComme un luth solitaire encore ému des doigts.Ah ! j’en connais beaucoup dont les lèvres sont belles,Dont le front est parfait, dont le langage est doux.Mes amis vous diront que j’ai chanté pour elles,Ma mère vous dira que j’ai pleuré pour vous.J’ai pleuré, mais déjà mes larmes sont plus rares ;Je sanglotais alors, je soupire aujourd’hui ;Puis bientôt viendra l’âge où les yeux sont avares,Et ma tristesse un jour ne sera plus qu’ennui.Oui, pour avoir brisé la fleur de ma jeunesse,J’ai peur de vous haïr quand je deviendrai vieux.Que toujours votre image en mon âme renaisse !Que je pardonne à l’âme au souvenir des yeux !

Pour peu que votre image en mon âme renaisse,
Je sens bien que c’est vous que j’aime encor le mieux.
Vous avez désolé l’aube de ma jeunesse,
Je veux pourtant mourir sans oublier vos yeux,

Ni votre voix surtout, sonore et caressante,
Qui pénétrait mon coeur entre toutes les voix,
Et longtemps ma poitrine en restait frémissante
Comme un luth solitaire encore ému des doigts.

Ah ! j’en connais beaucoup dont les lèvres sont belles,
Dont le front est parfait, dont le langage est doux.
Mes amis vous diront que j’ai chanté pour elles,
Ma mère vous dira que j’ai pleuré pour vous.

J’ai pleuré, mais déjà mes larmes sont plus rares ;
Je sanglotais alors, je soupire aujourd’hui ;
Puis bientôt viendra l’âge où les yeux sont avares,
Et ma tristesse un jour ne sera plus qu’ennui.

Oui, pour avoir brisé la fleur de ma jeunesse,
J’ai peur de vous haïr quand je deviendrai vieux.
Que toujours votre image en mon âme renaisse !
Que je pardonne à l’âme au souvenir des yeux !